Se faire aider…

18982376-detresse-et-la-souffrance-d-un-il-humain-pleurer-une-seule-goutte-larme-avec-une-expression-du-visagEn ce dimanche pluvieux, je viens te raconter une histoire bichon ! Cela m’est arrivé hier soir et je tenais à partager avec toi ce « fait divers » et à te relater mes conclusions.

Pour faire court, hier soir, vers minuit et demi, nous étions encore tous debout ! Mon mari et son fils sur la console, la belle-mère dans sa chambre devant la télé et moi à l’ordinateur. Une soirée des plus banales : bon repas, du bon vin, un bon film et une fin de soirée charmante ! Nous allions bientôt faire route vers nos lits respectifs quand quelqu’un sonna à la porte.

Autant te dire qu’à minuit et demi, on n’attendait pas grand monde ! Bref, je me lève et regarde par le judas qui ça peut être ! Je ne reconnais pas le visage (faut dire qu’on ne voit rien par ces merdes aussi !). Mon mari me dit de ne pas ouvrir mais je me dis qu’à cette heure soit c’est un truc grave ; soit c’est la police (et perso j’ai pas envie qu’ils défoncent ma porte !). J’ouvre donc et je tombe sur une jeune femme, en tenue très légère, grelottant de froid, en chaussettes, trempée ! Elle éclate en sanglot en me voyant, genre soulagée ! Elle m’explique qu’elle est en danger et me demande asile le temps que ces parents viennent la chercher !

Donc à ce moment précis, mon cerveau à été à deux doigts du burn-out ! Je ne savais pas si je devais me méfier, tendre la main, appeler les flics, crier, m’évanouir… J’ai appelé mon mari et pendant que j’essayais de comprendre, il continue de discuter avec elle, tout en observant les alentours à la recherche d’un danger potentiel. Bref, nous avons décidé de la croire et nous l’avons fait rentrer pour qu’elle se réchauffe.

Et là elle nous explique plus en détail le fin mot de l’histoire : Elle était venue passer la soirée chez sa sœur qui habite non loin de chez nous. Sœur qui a un gros problème affectif et qui vrille rapidement et devient vite violente. Après plusieurs échec pour la faire interner, la dite sœur refusant de se faire aider, notre demoiselle en détresse (que j’appellerai Léa dans mon récit pour que ça soit plus simple) à essayer de discuter avec elle lors de cette fameuse soirée. Le mec de la sœur a décidé de sortir en boite avec ses potes. C’est le point de départ du drame. La sœur vrille, gueule et veux aller chercher son mec par la peau des couilles pour le ramener. Léa essaye de la raisonner mais rien à faire. Elle lui prend donc ces clés de bagnole pour éviter qu’il y ai un drame. La sœur devient donc violente envers Léa et commence à la tabasser et à vouloir la planter. Léa réussi à s’échapper et quitte l’appartement en l’état à savoir en micro pyjama, chaussettes et avec son portable. La peur au ventre elle se cache derrière un buisson pendant plus d’une heure avant de se décider à venir sonner chez nous, morte de peur, car sa soeur la cherche partout pour lui faire la peau !

Léa continue de m’expliquer qu’ils ont essayé de l’aider, de la faire interner pour qu’elle se soigne mais la sœur refuse toute l’aide qui lui serait nécessaire. Elle a fait plusieurs tentatives de suicides, à clairement des tendances sociopathes voir psychopathes et aurait effectivement besoin d’aide. Enfin bref pour finir cette histoire, les parents sont arrivés peu de temps après, elle nous a chaleureusement remercié et est parti en courant….

C’est sur le dernier point que je voudrais revenir : comment savoir que quelqu’un a besoin d’aide et le convaincre ? Ou comment accepter soi-même que l’on a besoin d’aide ? Question difficile et s’il y  avait une réponse simple, il y aurait peut-être moins de drame. Ceci étant cette histoire m’a fait beaucoup réfléchir.

  • 1er point : Comment faire confiance à la personne qui est en détresse ? J’ai senti instantanément qu’elle avait besoin d’aide mais je méfie beaucoup de ma tendance à l’empathie. Cela m’a joué des tours dans le passé et je ne voulais pas mettre ma famille en danger. C’est pour ça que j’ai appelé mon mari car son jugement des situations délicates est précieux. Lui se méfie trop et moi pas assez ! Ca fait une moyenne ^^ Mais par les temps qui courent, on n’est jamais trop prudent. Dans toutes les émissions « Crimes » ou « faites entrer l’accusé » par exemple, on voit tellement de tarés qu’un drame arrive plus vite qu’on ne croit. Et en même temps que serait-il arrivé à Léa si on ne l’avait pas fait rentrer ? Non-assistance à personne en danger… C’est hyper délicat comme situation et j’en frémis encore…
  • 2ème point : Comment faire pour aider un proche qui est clairement malade mental ? Léa m’a dit un truc que je me répète en boucle « C’est malheureux mais il faut toujours qu’il arrive quelque chose de grave pour qu’on puisse agir ». Et elle a raison ! Comment faire reconnaître la maladie mentale sans que quelqu’un soit blessé tout en évitant aussi les abus ? Comment diagnostiquer une maladie mentale ?  Vastes questions pour lesquelles je n’ai pas de réponses…
  • 3ème point : Comment accepter l’aide de tes proches ? Ce n’est pas évident non plus. Lorsque tu prends conscience que tu es malade et que tu as besoin d’aide, tu as déjà fait 50 % du chemin vers la guérison. Mais comment en être conscient ? La fierté de l’être humain et son envie de ne jamais paraître faible sont des barrières quasi infranchissables. C’est perturbant de se dire que tu côtoie peut être des schizophrènes en devenir, des sociopathes et qu’il suffit d’un grain de sable pour qu’ils pètent un câble ! Une sorte de roulette russe : Vrillera ? Vrillera pas ? Merveilleux !

Pour conclure : je ne crois pas qu’il y ai de réponses toutes faites à toutes ces questions. Il faut agir selon ton instinct. Le destin fait le reste malheureusement….

Et toi bichon tu as un avis sur la question ? Tu as des histoires similaires à partager ?

Publicités

9 réflexions sur “Se faire aider…

  1. ophepiou dit :

    Vous avez bien fait de la croire. Effectivement, c’est compliqué comme situation. Je pense que j’aurai réagi de la même manière et je me serai posée les mêmes questions. C’était une bonne chose que vous soyez en famille à ce moment. Parce que si tu avais été seule, ça aurait été beaucoup plus stressant.
    Pour ce qui est des maladies mentales c’est vrai que c’est complexe (j’ai une dépressive et une anxieuse sévère au sein de ma famille). Souvent la personne nie sa maladie. Le problème c’est que du moment que la personne n’est pas jugée comme étant un danger pour elle-même ou pour les autres, on ne peut pas l’obliger à aller se faire soigner en hôpital psy.
    En tout cas c’est bien de débattre là-dessus parce que mine de rien c’est au cœur de l’actualité. Avec les agressions qui ne cessent d’augmenter et la relative passivité des gens face à des agressions, il faut en parler pour, peut-être, éveiller les consciences.
    Voilà, fin du pavé! 🙂

    J'aime

  2. Bulle dit :

    Chaud, je ne sais pas comment j’aurais réagi si c’était chez moi qu’on avait sonné. Comme ça, de l’extérieur, c’est facile de dire « Il faut aider » mais par les temps qui courent, comment être sûre des intentions des autres. Non, il n’y a pas de réponse toute faite… et c’est bien dommage.

    J'aime

  3. crisedetrentenaire dit :

    VOus avez pris la bonne décision que de l’accueillir… Difficile d’être confronté à cette situation alors que l’on ne s’y attend pas et difficile quand cela se passe dans la famille. Malheureusement les hospitalisations d’office ont leur limite. Faute de places dans les hôpitaux psy ils gardent les malades peu de temps, une fois stabilisés mais ensuite ils sont libres de prendre leur traitement et s’ils ne le prennent pas la situation redevient identique ! Bisous

    J'aime

Dis, tu me laisses un petit mot tout mignon ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s