Dis, tu me racontes une histoire ? #4

episode 4Alors dans le dernier épisode, Marc, notre détective débutant vient d’être drogué et enlevé. Après un moment interminable à être bringuebaler avec une cagoule, il découvre l’endroit où il est.

Je vous avais demandé de voter et vous avez choisi  de voir  Ben, Léa, Vanessa et Lucie.


Je pris quelques minutes pour réaliser ce qui se passait, un peu hébété par les derniers événements ! Il y avait une table avec une chaise devant moi. Nous étions dans une sorte d’entrepôt totalement vide. J’étais ligoté à une autre chaise, les mains attachées derrière les dos et les jambes au pied de la chaise. En face, se tenait un homme que je ne connaissais pas et qui jouait nonchalamment avec son pistolet, a demi-assis sur la table. Un peu en retrait, légèrement dans la pénombre  des personnes étaient elles aussi prisonnières mais je ne pouvais distinguer leurs visages !

Je n’eus pas le temps de détailler plus cette scène surréaliste que l’homme se leva et vint dans ma direction avec un regard de tueur. Il m’asséna un violent coup de crosse sur le visage. La douleur fût si intense que j’en défailli presque. Je sentis à cet instant un liquide visqueux et chaud couler le long de ma tempe gauche… Du sang ! L’homme affichait un sourire satisfait et la vue du sang l’excita au plus haut point. Il me décocha deux coups de poings simultanés. Je ne pouvais pas bouger, j’étais à sa merci, je ne comprenais rien et j’avais terriblement mal. L’homme déchaîna sa fureur sur moi et me frappait tantôt au visage, tantôt sur les côtes… Le visage tuméfié, le souffle court, je sentais ma dernière heure arriver.

-Herman ça suffit, il faut encore qu’il puisse parler !

La voix féminine résonna dans tout l’entrepôt. A demi-conscient, elle me fit cependant tressaillir. Un bruit de talon aiguille se rapprochant se fit entendre. Une femme se posta devant moi. J’apercevais ses pieds perchés sur des talons vertigineux et ce tatouage… Non, ce n’étais pas possible ! Péniblement, je remontais le long de ce corps en espérant me tromper. Mais lorsque je parvins au niveau du visage, le doute n’étais plus permis : Vanessa !

– Bonjour Marc, ravie de te revoir.

De la voir ainsi me regarder avec ce sourire narquois me donna des envies de meurtres.

– Ce n’est pas réciproque, articulais-je avec peine.

Cette garce prit une chaise et s’assit en face de moi.

– Qu’est-ce que tu me veux ? Lui crachais-je au visage

– Que d’animosité mon chéri ! J’espérais que me revoir te ferais plaisir ricana-t-elle. Enfin, voyons, j’ai essayé de te joindre mais tu n’as pas daigné répondre à mes appels. Il a bien fallu que je trouve une autre solution pour te parler. Alors comment vas-tu depuis tout ce temps ?

– Cesse tes simagrées et abrège ! Aboyais-je

– Quel rabat-joie tu fais ! A l’évidence tu n’as pas changé ! Enfin c’était à prévoir. J’ai entendu dire que tu étais sorti major de ta promo de l’école de détective ! Toutes mes félicitations.

– Qu’est-ce que ça peut te foutre ?

– Il s’avère que je souhaite t’engager pour une affaire des plus importantes.

– C’est une blague ?

– Pas du tout. J’ai besoin du meilleur sur ce coup.

– Jamais tu entends, jamais !

– Mon chéri, je vais être très clair ! Il ne s’agit pas d’une demande ! Tu n’as pas le choix en somme.

– Arrête de m’appeler chéri, je ne veux plus rien avoir à faire avec toi ! Tu es une erreur dont je me serais bien passé et jamais je ne bosserais avec toi. Alors tue-moi tout de suite qu’on en finisse.

– Une erreur ? Comme tu es dur ! Comme tu voudras, tu ne me laisse donc pas le choix. Herman ? Amène-moi la brune…

A ce moment je vis l’homme se diriger vers l’endroit des autres captifs. Il se saisi sans ménagement d’une femme qui hurla et essaya de se débattre. Mon coeur battait la chamade. Cette vipère de Vanessa est folle. Il obligea la femme à se mettre à genoux devant moi et retira sa cagoule ! Lucie, la réceptionniste ! Mon coeur s’accéléra quand son regard plein de détresse se posa sur moi. Elle était bâillonnée et gémissait péniblement tout en pleurant. Vanessa sorti un couteau de chasse qui étais accroché à ses bas et se mit derrière Lucie.

– Il serait dommage que par ton refus il arrive quelque chose à ce joli minois non ?

– Espèce de salope !  Tu n’as pas intérêt à lui faire du mal sinon..

– Sinon quoi ? Crois-tu vraiment être en position de faire quoi que ce soit ?

Et comme pour me faire définitivement comprendre qu’elle avait toutes les cartes en main, elle positionna la lame de son couteau sur la joue de Lucie qui me regardait en pleurant. Ses yeux m’implorant de faire quelque chose. Vanessa appuya un peu plus son couteau tranchant sur Lucie et lui entailla la joue. Du sang coulait. Elle gémit de douleur, essayant d’être forte. Elle releva de nouveau ses yeux noyés de larmes vers moi. S’en était trop !

– Arrêtes Vanessa, c’est bon ! Ne lui fais pas de mal et je ferais ce que tu me demanderas !

– Oh le chevalier servant ! Quel héroïsme Marc, tu m’épates ! Aurais-tu le béguin pour cette traînée ? Après ce qu’elle t’a fait ?

– Relâche-la et on parlera après !

– C’est moi qui donne les ordres ici ! Dit-elle menaçante, en pointant son couteau vers moi ! Herman !

Et l’homme s’exécuta de nouveau et attrapa Lucie pour la ramener près des autres. Il retira les cagoules des deux autres prisonniers ! Mon coeur failli s’arrêter !

-Alors bébé, siffla Vanessa s’avançant vers moi telle une chatte s’apprêtant à bondir sur sa proie, maintenant que te voilà raisonnable nous allons pouvoir discuter affaire ! Je vais te libérer mais fais bien attention tu les vois là-bas ? Il y à la traînée, ta petite soeur et ce bon à rien de Ben ! Et bien si tu tentes quoi que ce soit, ils sont morts ! Leur sort est entre tes mains.

De les voir bâillonnés ainsi me tortura un peu plus. Dans quelle galère nous avais-je tous entraîné ? Elle fit signe à son chien de garde de me détacher. Je me sentais si faible, si meurtri mais je me devais de sauver mes amis. Je réfléchirais à une solution plus tard, là en effet je n’avais pas le choix. Dans cet état je ne pouvais rien faire.

– Bien maintenant suis moi !

Vanessa se dirigea vers la porte de l’entrepôt. Je marchais péniblement. Pour sortir je devais passer devant Léa, Ben et Lucie. Mon coeur failli s’arrêter en remarquant les hématomes sur le visage de Léa et de Ben. Ils étaient très faibles.  Les salauds !! Ils payeront pour ce qu’ils vous ont fait les amis ! J’en fais le serment !

La lumière de l’extérieur m’aveugla. Une limousine était garée devant avec à son volant un autre gorille du même acabit que la brute sanguinaire qui restait avec mes amis. Vanessa me fit signe de monter et prit place en face de moi dans ce luxueux véhicule. La voiture démarra pour me conduire vers mon destin que j’envisageais des plus funestes. Destination inconnue, mes amis livrés en pâture à un mercenaire. Tout cela n’augurait rien de bon.

– Où va-t-on ? tentais-je faiblement.


Et voilà bichon, à toi de voter maintenant ! Vous avez jusqu’au 10 juillet 😉

N’hésites pas à me laisser un commentaire pour me dire si ça te plait 🙂

A très vite pour l’épisode 5 !

Paix et Chocolat sur vous tous ❤

Raphie

Publicités

2 réflexions sur “Dis, tu me racontes une histoire ? #4

  1. cupacrine A. dit :

    hello, le 10 juillet étant largement passé, je m’interroge …. à quand la suite ? naaaaan je cherche pas à te mettre la pression, même pas vrai d’abord.
    bon …
    c’est quand la suite ?
    c’est encore loin ?
    dis ..
    hein ? dis hein dis heindisheindisheindisheindishein

    Aimé par 1 personne

Dis, tu me laisses un petit mot tout mignon ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s